l'effet CANAL

 

 

 

 

Salut à tous.

Aujourd'hui on va aborder la façon de pêcher un canal de petit gabarit en hiver.

 

20151206_124730

 

Exercice au combien difficile d'une part parce que sur ce genre de biotope les postes sont très peu marqués voir pas du tout, d'autre part par ce que si vous n'avez pas une confiance absolue dans votre technique la localisation du poisson va être très, très difficile.

C'est pour cela que je vais essayer de vous aiguillez dans les bonnes directions.

 

Commençons par le choix du bief à explorer. Inutile de vous lancer à tord et à travers, il faut rester méthodique.

Une première recherche via Google earth est primordial. cela va vous permettre de cibler le bonne portion, celle où vous vous sentirez en confiance. si vous êtes plutôt un pêcheur urbain, ne vous lancez pas en pleine pampa, choisissez plutôt une zone en ville, un port de plaisance, et vice versa sous vous êtes plus campagnard un canal boisé vous sera plus indiqué.

Google earth va aussi vous permettre de repérer le point d'accés, le bonne route, enfin tout ce qui va vous faciliter la vie le jour J, histoire de ne pas arriver au bord de l'eau sur les nerfs.

Ensuite il faut choisir le bon spot sur ce bief et là c'est votre sens de l'observation qui va entrer en jeu.

L'hiver les poissons sont généralement rassemblés sur des zones bien précise et il est inutile de pêcher des places au hasard complètement vides. Cela aura pour bute de vous faire douter de votre technique et pour le moral ce n'est pas bon, mais on va y revenir plus loin.

Généralement la première chose que je cherche c'est un signe d'activité qui  trahirait la présence de poisson fourrage. Qui dit fourrage, dit carnassier à proximité. Si il n'y a pas d'activité visible, certains points tiennent à coup sûr le poisson.

Les arrivées d'eau, les soties d'égout et tout ce qui peu véhiculer de la nourriture, de l'eau plus "chaude", ou simplement créer un léger courant dans ce milieu plat.

Les péniches à quai. Non seulement elle fournissent le gîte, mais si elles sont habitées, l'hivers elles sont chauffées et il y a fort à parier qu'il y a perte de chaleur par la coque, ce qui à pour conséquence de chauffer l'eau un minimum.

 

Sur la boucle Bisontine

Sous la coque celui la.

 

Un tas de branche dans l'eau. L'hiver plus aucun bateau ne passe et une branche tombé dans l'eau y restera jusqu'au beau jour et elle sera squatté  par le brochet ou le chevesne du coin.

Plus généralement tout ce qui casse le linéaire, un élargissement, un rétrécissement, un palplanche effondré, un changement de topographie de la berge.

 

20151206_132404

 

 

Les sorties d'écluses sont de fausses amies. De très bonne place en été, elles passent au second plan en hiver, le manque de mouvement d'eau dû au chômage du canal les rendent peu productives. J'ai tendance à les délaisser au profit d'autres points plus productifs.

De plus je ne m'attarde que très rarement, je préfère battre du terrain à la recherche de poissons actifs, quitte a revenir sur les postes qui semblent prometteurs et qui n'ont rien donnés.

 

Voilà le bon bief est trouvé, maintenant c'est votre technique et votre niveau qui entre en jeu afin de confirmer votre choix de poste. Il faut savoir que vous allez peut être pêcher toute la journée pour une seule et unique tape et si vous ne maîtrisez pas la technique que vous mettez en oeuvre, il serait dommage de passer à côté de la pêche.

 

 

Delta zander (3)

 

C'est pour cela que je n'essais jamais de nouveau schéma dans ce cas de figure, ça c'est bon à l'automne quand l'activité est à son comble. Je reste sur des valeurs sûre et fiable.

Autre chose, l'hiver je favorise les pêches lente près du fond et a ce jeu là, la pêche au leurre souple, au shad en particulier est reine. le défaut de courant permet réellement de sentir sa plombée travailler et avec un peu d'habitude vous arriverez à décortiquer sans problème la topographie du canal.

Le micro jig est aussi redoutable à cette époque car il nécessite que très peu de mouvement pour ce mettre en marche. De plus, avec lui, bien souvent les frappes sont franches et sans ambiguïté.

 

canal de Colmar

Incontournable  l'hiver le micro jig.

 

Je ne m'étendrais pas sur les préférences technique et le choix des leurres, dans tous les cas il faut choisir ceux dans lesquels votre confiance est à son maximum.

 

Ceci nous amène au dernier point qui va vous permettre de réussir, la confiance. C'est elle qui va influer sur votre moral, c'est pour cela que vous devez mettre en action des schémas connus et qui vous on réussis.

Et oui, il est difficile de gratter toute une journée si vous doutez de votre technique, de votre leurre. Le manque de touche vient-il d'une mauvaise animation de votre part, votre leurre travail-t-il  dans la bonne couche d'eau?

C'est à toutes ces questions que votre technique doit répondre par l'affirmative, car dans le cas contraire vous passerez à côté de la pêche sans même savoir si votre choix de poste était bon.

 

DSC00469

Les choix étaient bon

 

 

Voilà avec ces quelques conseils j'espère que vous réussirez à tirer votre épingle du jeu, car je peux vous garantir que quand vous prendrez votre premier fish dans ces conditions, l'effet canal sera déjà entrée en vous.

 

A+++++ Ludo.

 

Canal de l'Est